ZEHST : L’avion-fusée qui ne pollue pas
Date : 6/18/2011
Le Zehst ne sera pas un avion supersonique à l'image du Concorde, mais un engin hypersonique. Avec une vitesse de 4800 km/h, l'avion-fusée sera donc capable de franchir le cap de Mach 4, soit quatre fois la vitesse du son. Ainsi, rejoindre Tokyo depuis Paris pourra se faire en moins de 2h30 contre 11 heures de vol actuellement. Pour comparaison, le Concorde revendiquait une vitesse de croisière de 2700 km/h.

Selon les prévisions, l'engin devrait faire près de 80 mètres de long. Une maquette de 4 mètres de l'avion a, elle, été dévoilée ce lundi 20 juin au salon du Bourget. Sa forme se révèle étonnamment proche de celle du Concorde. Non polluant Pour atteindre son objectif, zéro émission de CO2, le Zehst devrait être doté de plusieurs moteurs. Le premier, utilisé lors du décollage, sera alimenté par des biocarburants à base d'algues. Lors de la montée en altitude, l'appareil doit ensuite basculer sur des moteurs de type fusée, qui eux fonctionnent à l'hydrogène et à l'oxygène. Enfin, propulsé par des moteurs appelés Ramjets (qui équipent aujourd'hui les missiles de croisière), l'avion monte à son altitude de croisière à 32 kilomètres au-dessus du sol. Une capacité de 50 à 100 personnes L'hypersonique devrait pouvoir accueillir à son bord entre 50 et 100 personnes. L'objectif à long terme étant de passer à 200 voyageurs, la capacité d'un moyen-courrier traditionnel. En revanche, l'appareil devrait se conduire sans pilote. Commercialisation prévue pour 2050 L'avion du futur n'est pour l'instant qu'au stade de l'ébauche. Néanmoins, pour un porte-parole d'EADS, ce projet a de bonnes chances d'aboutir, les technologies nécessaires étant déjà développées. Ainsi, sa mise en service devrait avoir lieu en 2050. D'ici là, le groupe aéronautique européen prévoit un démonstrateur vers 2020, et un premier vol d'essai dix ans plus tard. Pas question d’utiliser du kérosène Nom de code du programme : ZEHST, pour Zero Emission HyperSonic Transportation. Allié dans ce projet avec les industriels aéronautiques japonais, mais aussi la direction générale de l’aviation civile (DGAC) et l’Onera, le centre français de recherches aérospatiale, EADS s’est imposé comme objectif de fabriquer un avion qui montera à une altitude jamais atteinte par un avion transportant des passagers : 32 km au-dessus du niveau de la mer — à titre de comparaison, un avion de ligne monte jusqu’à 11 km.
 

Portail de l'innovation

Les inventions
Les innovations
Publications
Bibliographie
Les événements
L'actualité

Proposer une actualité

Accès au formulaire d'envoi

Identification





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ?
Enregistrez-vous
Child porn Child porn child porn child porn child porn child porn